Les différents types de chapeau indémodables

Les différents types de chapeau indémodables

Simple accessoire de mode pour certains, d’une utilité pratique pour d’autres, le chapeau est une pièce d’habillement qui a existé depuis désormais des milliers d’années. Il se décline d’ailleurs sous divers types et formes. Si certains modèles sont tombés en désuétude au fil des époques, d’autres ont subsisté et continuent à couvrir la tête des amateurs de chapeau dans les quatre coins du monde. Nous vous présentons ici quelques-uns d’entre eux.

Le béret

Le béret est un chapeau de forme circulaire et plate, confectionné généralement à partir de laine tricotée. Lorsqu’on parle de béret, c’est le look Frenchie qui vient directement en tête. Et c’est tout à fait normal étant donné que le béret est un couvre-chef typiquement français. Déjà présent dans le style vestimentaire moyenâgeux, ce chapeau ressemble également de par sa forme à la chéchia arabe, ce qui laisse quelque doute sur sa véritable origine.

Quoi qu’il en soit, le béret fait partie de l’identité du sud-ouest de la France et plus précisément des Pyrénées. Il fait partie de la tenue traditionnelle des béarnais. Au fil des époques et des années, ce chapeau s’est de plus en plus démocratisé. Au cours des années 30, il commence même à faire partie de la mode vestimentaire des femmes. Depuis, le béret est devenu une pièce d’habillement unisexe et se porte quotidiennement pour un style décontracté, alors qu’il est également porté dans le domaine militaire.

Le Panama

Le Panama est un type de chapeau fin, confectionné à partir de fibres végétales, généralement à large bord, de couleur ivoire et muni d’un ruban de couleur sombre. Bien évidemment, il peut se décliner sous d’autres variantes.

C’est un brin décevant, mais non, le Panama (chapeau) ne vient pas du tout du Panama. Cela étant dit, durant la construction du canal de Panama entre 1882 et 1914, les ouvriers avaient l’habitude de porter ce type de chapeau et le nom « Panama Hat » est resté.

Bien évidemment, l’histoire de ce couvre-chef remonte plus loin. Il s’agit en fait du chapeau traditionnel des Équatoriens et plus précisément de certaines tribus du sud du pays. Et bien évidemment, le Panama s’est peu à peu démocratisé et est devenu un accessoire pour un look élégant et décontracté. De plus, l’univers du cinéma l’a énormément mis en valeur.

La Fédora

Les amateurs de vieux films connaissent parfaitement ce qu’est le chapeau Fédora. Humphrey Bogart, Harrison Ford, Alain Delon ou encore Jean-Paul Belmondo,… Tour à tour, ces stars du cinéma ont arboré et contribué à améliorer l’image de ce type de chapeau auprès du public.

Aujourd’hui, la Fédora est considérée comme étant le chapeau classique soigné et parfaitement élégant. Il s’agit ici d’un chapeau de feutre à large bord, caractérisé par un creux sur le dessus et sur chaque côté.

Si la Fédora a existé depuis bien longtemps, c’est en fait le styliste et chapelier Giuseppe Borsalino qui a permis à ce couvre-chef d’acquérir sa forme moderne dans les années 1900. Le chapeau est d’ailleurs également connu sous le nom de Borsalino, du nom du chapelier italien.  Si à la base, la Fédora est un chapeau exclusivement masculin, aujourd’hui il se décline également sous des modèles féminins.

Le Trilby

Il s’agit ici d’un chapeau en feutre, à bord court et à couronne présentant des creux sur le haut et sur chaque côté. La partie avant du bord est rabaissée tandis que l’arrière est relevé. Son origine remonte à 1894. Ce nom original vient du roman intitulé « Trilby » de l’auteur britannique Georges du Maurier. Le « Trilby » est également appelé le « Borsalino Britannique » étant donné sa similarité avec le couvre-chef italien.

Au cours des années 60, le Trilby a connu un grand succès auprès de la gent masculine. Acteurs, musiciens et autres figures connues le portaient dans un style élégant ou décontracté. Et force est de constater qu’aujourd’hui c’est toujours le cas. Le Trilby a connu un regain d’intérêt auprès des amateurs de couvre-chef. Et désormais, il n’est plus l’apanage des hommes, mais peut également être porté sans problème par les femmes.

Le chapeau melon

Tout comme la Fédora et le Trilby, le chapeau melon est confectionné à partir de feutre. Il dispose d’une coque rigide, de forme arrondie et est muni de bords courts et relevés.

Il figure parmi les modèles de chapeau dont les origines restent incertaines. Cela étant dit, une sculpture en date du 16ème siècle appelé « La Saumeto » a été découverte en France. Elle représente Marie et l’enfant Jésus sur une ânesse ainsi que Joseph portant un couvre-chef ressemblant à un chapeau melon.

Entre le 18ème et le 19ème siècle, le port du chapeau melon est devenu très répandu en France, en Angleterre et aux États-Unis ou même dans certains pays d’Asie et d’Amérique Latine. À partir des années 50, la Fédora ainsi que le Trilby, commence peu à peu à lui voler la vedette. Actuellement, le chapeau melon est remis au goût du jour par les amateurs de looks classiques et vintages.

La casquette irlandaise

La casquette irlandaise est un chapeau en laine ou en tweed doté d’une forme bombée et d’une visière. On ne peut parler de chapeaux indémodables sans parler de la casquette irlandaise plus connue sous le nom de Gavroche en France ou de casquette plate.

Ce nom de Gavroche vient de l’un des personnages de l’œuvre littéraire emblématique que « Les misérables » de Victor Hugo. Le terme « Casquette Irlandaise » vient quant à lui du fait que les fermiers et les ouvriers irlandais du 14ème et du 15ème siècle avaient pour habitude de porter ce qu’on pourrait qualifier comme étant l’ancêtre du Gavroche. Sa version moderne est tout de même apparue aux alentours du 19ème siècle.

Il faut également savoir qu’auparavant, le type de couvre-chef était déterminant de la classe sociale d’une personne. Ce fut encore le cas en Irlande et en Angleterre du 14ème au 19ème siècle. Le Gavroche était ainsi l’apanage de la classe ouvrière et de toutes celles qui s’opposaient à la noblesse. Vers le 19ème siècle, on assiste également à une grande vague de migration irlandaise vers les États-Unis. La casquette irlandaise a ainsi été adoptée par une grande partie de la population américaine de l’époque.

Aujourd’hui, le port de la casquette irlandaise est encore très en vogue. Le succès des séries télévisées telles que Peaky Blinders a contribué à susciter encore plus l’engouement autour de ce couvre-chef.

Le chapeau bibi

Le bibi est un couvre-chef généralement de très petite taille porté exclusivement par les femmes. Il est épinglé dans la chevelure et a surtout une valeur esthétique que pratique.

Au cours des années 1800, les chapeaux et notamment les chapeaux des femmes ont tendance à être de plus en plus petits. C’est ainsi qu’est né le chapeau bibi. Il se décline bien évidemment sous de nombreux modèles. Cela a permis à cette pièce d’habillement de perdurer au fil des époques et au fil de la mode vestimentaire. Aujourd’hui le bibi est porté pour adopter un look élégant et un peu vintage.

Le bob

Il s’agit ici d’un petit chapeau généralement en tissu, aux bords courts qu’on peut relever ou rabaisser à souhait. Grâce à son matériau de fabrication, ce chapeau est très facile à plier et à placer dans une poche. C’est un chapeau qui plait bien pour son aspect pratique. Bien évidemment, il constitue également un accessoire de mode idéal pour l’été aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Il existe 2 versions sur l’origine de ce petit chapeau mou. La première est qu’il a été inventé au cours de l’année 1924 par un certain Robert, Bob étant le surnom familier qu’on donne généralement aux prénoms Robert en anglais.

La seconde version est que ce petit chapeau est appelé ainsi grâce aux soldats américains de la Seconde Guerre mondiale qui les utilisaient pour son aspect peu encombrant déjà mentionné un peu plus haut.

Le chapeau haut de forme

Comme son nom l’indique, le chapeau haut de forme est un modèle de chapeau rigide à calotte haute, de forme cylindrique et aux bords courts. Les incertitudes subsistent quant à la vraie origine de ce modèle de couvre-chef.

Ainsi, on attribue son origine à un certain John Hetherington en Angleterre au cours de l’année 1797. Lorsque celui-ci décide de porter le nouveau modèle de chapeau dans les rues de Londres, cela a dit-on suscité des réactions mitigées chez les passants. Mais peu à peu, le haut de forme s’inscrit dans la mode vestimentaire du 19ème siècle et devient même un signe de distinction sociale chez la noblesse et même chez la bourgeoisie.

Au cours du 20ème siècle, l’engouement autour de ce type de chapeau décline peu à peu au profit des Fédoras et des trilbys. Aujourd’hui le chapeau haut de forme est surtout porté durant les occasions spéciales telles que les cérémonies. Le haut de forme a également du succès auprès des adeptes de certaines cultures telles que le steampunk.

Le chapeau de cow-boy

Dans la réalité des États-Unis du 19ème siècle, il n’y a pas vraiment de chapeau de cow-boy typique à proprement parler. Ils étaient plutôt variés.

Cela étant dit, le type de chapeau qui vient directement en tête lorsqu’on parle de chapeau de cow-boy est bien évidemment le Stetson. Il a été créé en 1860 par un certain John B. Stetson. Il s’agit ici d’un chapeau en feutre, rigide à large bord généralement recourbé sur chaque côté (pas forcément à ses débuts), et à calotte haute.

Le « chapeau de cow-boy » est le couvre-chef emblématique des Nord-Américains dans les films de Western. Cela a d’ailleurs permis à ce type de chapeau de perdurer dans le temps. Aujourd’hui, le chapeau de cow-boy est encore très porté non pas uniquement par les Texans et les gardiens de troupeaux tels que les cow-boys ou les gauchos, mais également par tout amateur du look vestimentaire country.

Le canotier

Le canotier est un type de chapeau confectionné à partir de paille, de forme ovale, à fond et à bords plats. Ce couvre-chef aurait été créé en 1796 par une certaine Pétronille Cantecor. Mais il a surtout été vulgarisé par les marins français et plus précisément, des canotiers du milieu du 19ème siècle ainsi que les spectateurs de ce type de sport.

L’usage du canotier a persisté au 20ème siècle grâce à des célébrités qui en font leur chapeau fétiche. C’est le cas par exemple de Fred Astaire ou encore de Maurice Chevalier. Aujourd’hui, le canotier n’est pas forcément un chapeau à la mode à l’image du Gavroche, du Trilby ou du bibi. Il s’avère un peu discret. Mais c’est ce qui fait d’ailleurs son charme et offre une certaine touche d’originalité à la personne qui le porte. Il convient aussi bien aux hommes qu’aux femmes et est idéal pour les périodes estivales.

Le Pork Pie

Le Pork Pie est un chapeau rond à calotte courte, à fond plat et aux bords relevés. Ce modèle de chapeau a surtout eu du succès aux États-Unis dans les années 30 et 40. Il était porté par des musiciens de Jazz tels que Lester Young. Du côté du cinéma, c’est le célèbre artiste Buster Keaton qui était l’ambassadeur de ce couvre-chef. Cela étant dit, son origine remonterait au 19ème siècle. Il était principalement porté par les femmes lors de la Guerre de Sécession américaine.

Grâce à sa forte présence dans la pop culture, l’engouement pour le Pork Pie ne s’est pas éteint au fil des années. Il est idéal pour un look à la fois vintage et décontracté. Ce chapeau peut convenir aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Le chapeau de paille

Le chapeau de paille est tout simplement un terme générique pour mentionner les chapeaux confectionnés à partir de pailles et de roseaux. Ainsi, les chapeaux de paille peuvent avoir des bords larges ou plus courts, avoir une calotte haute, plate, arrondie,… Il n’y a donc pas de forme spécifique. D’ailleurs, l’histoire du chapeau de paille remonte à l’Antiquité. Il servait surtout à se protéger des rayons du soleil. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. De plus, la méthode d’assemblage de la paille peut varier d’un modèle à un autre. Le chapeau de paille existe également un peu partout dans le monde.

Share :

Twitter
Telegram
WhatsApp

Laisser un commentaire

Plus d'articles